Groupe GCL
Conseil logistique & supply chain

Doit-on automatiser les opérations logistiques?

Doit-on automatiser les opérations logistiques?

Doit-on automatiser les opérations logistiques?


L’actualité est remplie de nouveaux centres modernisés, tels que : Amazon, Sobeys et Simons. Quand est-il de l’automatisation pour les autres joueurs des industries? Par où commence la réflexion? L’automatisation des opérations est un projet stratégique qui comporte des enjeux importants en termes de coûts, mais aussi auprès des processus opérationnels. Le choix des technologies est un aspect de la démarche qui peut engendrer un changement complet des activités de l’entreprise. Vous survolerez les éléments qui composent une solution d’automatisation, la justification, les préalables et les étapes d’un projet d’implantation ainsi que les enjeux globaux de l’automatisation.

Pourquoi choisir l’automatisation?

Plusieurs éléments invitent à l’automatisation :

La pénurie de main‑d’œuvre : L’automatisation permet de diminuer les tâches pénibles aux employés pour ensuite les assigner à des activités avec une plus grande valeur ajoutée;

Augmentation de la productivité : L’automatisation permet d’augmenter, par exemple, la capacité de production et de distribution afin de répondre aux besoins de la clientèle, ainsi qu’aux standards élevés de la compétition;

Contraintes d’espace : L’automatisation permet de densifier l’entreposage des produits, afin de créer des espaces complémentaires dans l’entreprise pour des activités connexes;

Chiffrer la performance des opérations : L’automatisation permet de garder une traçabilité des opérations à temps réel pour chiffrer avec exactitude les indicateurs de performance, ainsi que de trouver les goulots dans ces opérations;

Niveau de service : L’automatisation permet un travail constant ce qui représente une diminution des risques d’accidents et une meilleure qualité obtenue par la diminution d’erreurs ce qui augmente et assure le taux de service de l’entreprise.

Éléments d’une solution d’automatisation

Peu importe la complexité d’une solution d’automatisation, quatre éléments la composent : Les équipements fixes, la technologie mobile, les applicatifs et une organisation logistique. Chaque élément doit être rigoureusement sélectionné et aligné avec la stratégie de l’entreprise.

Équipements fixes : des systèmes automatiques de stockage comme des transtockeurs, des convoyeurs automatiques et des systèmes de tri;

Technologie mobile : des systèmes automatiques pour le transport des produits de dimensions variées comme des véhicules auto-guidés (VAG), transpalettes automatiques et des bras robotiques;

Applicatifs : des automates et des logiciels qui contrôlent les mouvements (WCS) et les interfaces entre les différents équipements, le stockage et la préparation des commandes (WMS);

Organisation logistique adaptée : un personnel formé aux nouvelles technologies qui a adopté les équipements retenus et qui a été accompagné dans la mise en place de nouveaux processus.

Les étapes préalables à l’implantation d’une solution d’automatisation

Les attentes en termes de gains opérationnels d’un projet d’automatisation sont à la hauteur des investissements. Pour les atteindre, les étapes préalables au choix de la technologie sont fondamentales. L’analyse des besoins est la case départ de la démarche. Il faut déterminer quelles opérations ont besoins d’être automatisées.

En d’autres termes, il s’agit de réaliser :

  • La cartographie et la description des processus logistiques;
  • Le diagnostic des espaces utilisés;
  • L’analyse des procédures de travail actuelles et de la productivité;
  • L’analyse du niveau de performance et l’adéquation des systèmes d’information en place.

Automatiser, c’est aussi se préparer pour le futur. L’analyse des besoins doit contenir :

  • Les perspectives en termes de croissance et de stratégie;
  • Le niveau de rentabilité exigé et la durée du retour sur investissement lié au degré d’automatisation;
  • Le niveau d’automatisation requis et détaillé par opération qui va conditionner la durée du retour sur investissement;
  • Le degré de flexibilité des équipements;
  • L’impact sur les processus et le personnel concerné.

Une fois les besoins ciblés, le plan de réalisation s’enclenche :

  • Les aménagements requis qui vont mener à la rédaction des cahiers des charges envoyés aux fournisseurs d’équipement;
  • L’élaboration des processus cibles qui va se traduire par la phase de réingénierie des processus et d’accompagnement au changement.

Les enjeux de l’automatisation

Les projets d’automatisation sont perçus comme des solutions miraculeuses, bien que coûteuses. Or, il ne faut pas oublier que le marché fait face à de nombreuses tendances telles que le commerce en ligne, la centralisation et l’externalisation des opérations et que les technologies évoluent rapidement. L’automatisation réduit la flexibilité de certaines entreprises à adhérer à ces tendances lorsque le retour sur investissement est sur une longue période et que l’analyse des besoins est concentrée sur le besoin présent.  De plus, la complexité des systèmes automatisés rend leur maintenance délicate. Il est crucial de s’entourer d’une équipe pour soutenir la solution à l’implantation et tout au long de l’utilisation. Des plans de maintenance préventive ne sont pas à négliger dans le calcul de coûts et de capacité opérationnelle.

Pour conclure, les résultats peuvent être considérables en termes de gains sur le contrôle des opérations, de diminution des erreurs ainsi qu’en termes d’augmentation de la productivité et de la densification des espaces d’entreposage. Pour que l’automatisation fonctionne à long terme, elle doit faire preuve de modularité, de flexibilité et de pérennité. Ce n’est qu’à partir de ce moment que le mot « investir » peut être prononcé.

Retour aux articles